FORTERESSES

"Des travaux sont prévus cet été à l'emplacement du donjon roman "millénaire" des Barons de Montmorency, Connétables de France, et des structures plus récentes adjacentes à cet édifice pouvant remonter aux XII-XIIIe siècles (donjon circulaire "Philippien" notamment). Nous pensons que cet ensemble pourrait souffrir des travaux programmés. Préserver à tout prix ce site et ces monuments, peut être les plus importants et méconnus de notre département, et pourtant maintes fois étudiés, c'est le souhait de notre association. C'est pour cela que nous souhaiterions assurer la surveillance du site pendant ces travaux estivaux. Vous avez, il nous semble, la possibilité de valider notre demande au niveau Régional."

J-M.GOUEDO

"Votre souhait d'intervenir dans le château fort / Lycée Turgot de Montmorency n'est pas opportun car la DRAC / SRA suit le dossier de travaux et un opérateur d'archéologie préventive travaille sur le site depuis le début de l'année."

FORTERESSES

"Après avoir discuté avec les membres de l'organisme EVEHA (concernant les fouilles de l'ancienne basse-cour du château), nous nous sommes aperçus que rien n'avait été prévu par les services archéologiques dans la zone de la haute cour. Nous avons redécouvert par hasard les vestiges du donjon carré et appris par la même occasion que des travaux de bâtiment sont prévus dans cette zone pendant l'été. Nous en avons parlé à l'organisme EVEHA, qui n'avait aucune demande d'intervention dans cette zone et elle nous a demandé de faire une demande auprès des services compétents pour que "l'association Forteresses" puisse surveiller ces travaux. Il faut noter qu'une fois ces travaux réalisés (en lieu et place du donjon circulaire), on n'aura plus d'accès aux vestiges du donjon carré. Nous trouvons dommage que rien n'ai été fait pour fouiller cette zone. Serait-il possible de dégager le donjon carré (dont les soubassements sont encore visibles) avant que l'accès ne soit plus possible ?"

J-M.GOUEDO

"Tout d'abord nous connaissons depuis longtemps le plan ancien qui vous sert de base de réflexion pour recaler le donjon et autres tours. Sa fiabilité sur certains points pose question : sur quoi repose t-il : plan perdu, hypothèse d'érudit, un mélange des deux cas ? D'autre part, à moins qu'il y ait d'importants changements par rapport à ce que nous avons comme détails du projet, les travaux prévus par l'aménageur ont une faible atteinte au sous-sol sur la haute terrasse et l'on sait par les sondages archéologiques que le terrain a été remblayé et que les vestiges médiévaux sont à plus d' 1 mètre de profondeur (à 1,30 m je crois me souvenir). Les travaux ne menacent donc pas en principe les vestiges. Pour finir, vous ne pouvez pas intervenir sur un site sur lequel il y a de l'archéologie préventive car vous n'êtes pas opérateur agréé."

FORTERESSES

"Nous ne voulons pas nous substituer aux archéologues professionnels, ni faire de polémique, mais juste faire de la surveillance à titre gracieux (juste du visuel). Et si comme on peut l'espérer, les travaux découvrent les restes du donjon ou autre, on vous prévient (DRAC, INRAP et EVEHA) pour que vous puissiez agir (fouilles ou autre). Une fois les travaux réalisés, on ne pourra plus accéder à la plate-forme sommitale où est situé le donjon carré dont les traces au sol sont visibles. Les travaux occupent la zone entre le bâtiment des classes actuelles et l'amorce de la plate-forme sommitale, donc dans une zone ou on est inférieur de 2 mètres environ à cette plate-forme.

J-M.GOUEDO
"Je connais bien les lieux et il n'y a aucune trace au sol du "donjon carré" ni d'aucune maçonnerie ancienne d'ailleurs. Le petit escalier et le muret attenant n'appartiennent pas au "donjon carré" mais sont de la 2e moitié du 20e siècle. L'aménageur a travaillé pendant plusieurs années avec nous pour réduire l'impact de son projet sur les vestiges archéologiques et a modulé son projet en conséquence à la suite de quatre diagnostics. Le résultat en est un faible impact au sol sur la terrasse haute et un fort impact au sol sur les terrasses médiane et basse. C'est pour cela que ces deux terrasses basse et médiane ont fait l'objet de prescription de fouille préventive dont la réalisation est en cours et pas celle de la terrasse haute. Je vous assure que le "carré" de pelouse" de la terrasse haute n'est pas menacé par le projet. On n'ira pas voir ce qu'il recèle et il n'y a aucune raison pour qu'il y ait des découvertes dans ce "carré" de pelouse qui restera en zone végétale. Cette zone, actuellement en pelouse, surélevée par rapport au niveau du gymnase et du bâtiment de salles de classe et à l'allée en asphalte n'est pas menacée par le projet de travaux. Il n'y a donc aucune raison pour que vous interveniez sur ce lieu."