FOUILLES 2010

L’Institut National de recherches archéologiques préventives (INRAP) a procédé à des sondages avant les travaux de rénovation du Lycée Turgot, installé dans un ancien parc. Deux fossés, un mur de bâtiment et un four datés de la fin du Moyen Âge au début de l’époque moderne sont à mettre en relation avec l’ancien château seigneurial. Ruiné au milieu du XIVe siècle, il fut partiellement reconstruit au XVIe siècle. Au XVIIIe siècle, des jardins et un parc s’étendaient à son emplacement. Ces quelques découvertes fournissent des informations nouvelles sur cette construction dont il n’existe aucun plan et dont des vestiges sont régulièrement mis au jour. Le matériel archéologique recueilli comprend surtout des tessons de céramiques.

Au XIXe siècle, en voulant élargir le chemin qui passe entre la collégiale et l’emplacement de l’ancien château on a mis au jour les substructions d’une tour ronde de 7 mètres de diamètre. En 1948, lors de la construction du lycée, les entreprises de maçonnerie ont procédé à quelques sondages préalables à l’aide de tranchées qui ont révélé d’importants remblais, mais aucune trace de construction. C’est qu’en fait, l’établissement scolaire a été édifié à l’emplacement de l’ancienne basse-cour. De 1991 à 2005, une dizaine d’interventions archéologiques ont été réalisées sur la zone de la ville médiévale. Elles ont toutes apporté de nouvelles informations scientifiques, mais les vestiges du château et de la ville médiévale du XIe siècle nous échappent encore totalement.